Comme la fois où Giceline a fait sa Germaine.

Pires cadeaux qu’on m’ait offerts dans ma vie :

  • Un crochet anti-vol (bas de Noël 2010). Le crochet que tu accroches après la table quand tu vas au resto question de ne pas te faire voler ta sacoche. Oui, mais non.
  • Un oignon « poupées russes » (bas de Noël 2011). Un faux oignon dans lequel tu peux mettre un vrai oignon pour te souvenir que t’as un vrai oignon dans ton faux oignon.
  • Un maillot de bain rouge arborant fièrement l’écusson Baywatch (j’en profite pour dire un beau bonjour à matante Hélène, fidèle lectrice).
  • Un certificat cadeau de 100 $ à la boutique Les Touilleurs (le prix d’une spatule environ… mais une maudite de belle spatule tout de même).

Meilleurs cadeaux reçus à vie :

  • Une robe Fred Perry, col en V.
  • Un chandail Fred Perry, col en V.
  • Des pantalons Fred Perry, col en V.
  • Une couverte en polar achetée dans un dép de Saint-Luc-de-Bellechasse, avec une face de loup dessus. Je la mets bien en évidence sur mon divan, en prenant soin de l’étirer le plus possible pour mettre en valeur la face dudit loup.
  • Une femme de ménage qui vient chez moi une fois par mois pendant un an. Pour vrai, une femme de ménage qui vient chez moi une fois par mois pendant un an, c’est un peu ça le bonheur.

Elle s’appelle Giceline. Pas Jocelyne. Ni Ghislaine. Giceline. Ça s’écrit comme ça se prononce, faut pas chercher plus loin. En plus ça rime avec Listerine: une femme capable de tuer les germes, ça c’est sûr.

Giceline et moi, on ne se voit pratiquement jamais. Elle vient à la maison pendant que je suis au travail. On correspond donc en s’écrivant des petits mots sur la pantry.

Bonjour Giceline, 
J’espère que vous allez bien. Pourriez-vous svp faire mon lit (vous avez l’air d’avoir la touch avec les draps contours. Lol!). Les draps sont dans la sécheuse.
Un gros merci!
Marie-Eve

Bonjour madame Marie-Eve,
Votre lit est fait. J’ai aussi eu le temps de laver l’intérieur du frigo. Pourriez-vous svp racheter du Hertel tout usage. Le bio svp.
Giceline
P. S. Il y a une surprise pour vous sur la table de cuisine…

Une surprise pour moi? Yesssssir! Parle-moi de ça une femme de ménage qui tue les germes ET qui m’apporte des brownies maison. Je me suis donc précipitée jusqu’à ma surprise en essayant de me rappeler s’il ne restait pas un peu de crème glacée dans le congélateur. Pour arriver devant ma surprise, et y trouver… une paire de vieux bas de laine. Et je n’utilise pas ici une métaphore pour parler de brownies: c’était littéralement une paire de vieux bas de laine. Rouge même. Une paire de vieux bas de laine dont j’avais complètement oubliée l’existence. Une paire de vieux bas de laine avec qui le conventum n’était pas nécessaire, surtout. Une paire de vieux bas de laine que même la sécheuse n’avait pas choisi de séparer pour sa collection. Les vieux bas de laine trop grands pour moi, ceux qui finissaient toujours par se retrouver en moton dans le bout de mes bottes. Ouin, on va se le dire, Giceline c’est un peu une agace dans le fond.

Giceline et moi, on ne se voit pratiquement jamais. Mais quand on se voit, elle en profite pour me donner ses grands conseils de vie. « J’aime ça donner des conseils aux p’tites filles, qu’elle me dit, faut léguer ça des conseils. » Elle me les donne en rafale :

« J’ai vu que votre miel était sec, vous avez juste à mettre un peu d’eau dedans, à le mettre quelques secondes au micro-ondes et bingo, il va être comme neuf. »

« Des vieux jeans, faut pas jeter ça. Vous les coupez en petites lanières pis ça va vous faire une belle jupe à franges. Comme les Hawaiennes là. »

« Dans l’armée, ils l’ont compris l’affaire. Ils roulent toute eux autres. Faut prendre les trucs de l’armée pis les appliquer à votre maison. Ce weekend, vous devriez prendre toutes vos affaires pis les rouler. Votre linge, vos draps, vos serviettes: toute. Vous allez sauver de l’espace avec ça. »

« J’ai vu que la poignée de votre porte de chambre était pas mal lousse. Là ma p’tite fille, je vais vous le dire moi ce qui va vous arriver si vous arrangez pas ça bientôt : vous allez mourir enfermée dans votre chambre. Moi mon père a déjà sauvé la vie d’une femme qui s’était enfermée dans sa salle de bain mais vous, peut-être qu’il n’y aura personne pour vous sauver la vie. La pauvre femme est restée prise une journée et demie dans sa salle de bain. Elle n’avait pas de verre: elle a dû boire avec ses mains dans le lavabo. Vous comprenez? ELLE N’AVAIT MÊME PAS DE VERRE. Direct avec ses mains la pauvre. »

J’adore rentrer du travail les 2e mardi du mois. J’adore ça car je sais que Giceline est passée pendant la journée. Dès que j’ouvre la porte, je reconnais cette odeur de propre qui flotte dans la maison. Une odeur de Hertel tout usage. Bio. La couverte de loup en polar est alors roulée sur le divan. Impossible de savoir que c’est une couverte de loup. Et il n’y a aucuns brownies maison qui traînent sur la table de cuisine.

About these ads
Ce contenu a été publié dans Moi mon nombril, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Comme la fois où Giceline a fait sa Germaine.

  1. Claude Auchu dit :

    Magnifique pause-brownies… merci.

  2. Ton ex belle-soeur dit :

    Ouf…j’ai eu peur qu’un de mes cadeaux se retrouve dans la mauvaise liste. Toi, c’est GIceline et moi, c’est Louise….moi, je n’ ai pas de conseils gratos mais des comparaisons de mon bebe avec sa corneille apprivoisee! Vive les femmes de menage !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s